Hommage Bertrand Tavernier

 

Bertrand TAVERNIER

1941 - 2021

 

BIOGRAPHIE 

 

Né 25 avril 19 41 à Lyon, Fils de l'écrivain et résistant René Tavernier, le jeune Bertrand découvre le cinéma lors d'un séjour en sanatorium. Monté à Paris après-guerre, il a pour camarade de lycée Volker Schlöndorff, qui lui fait connaître la Cinémathèque de la rue d'ULM.

 C'est seulement en 1973 qu'il tourne, dans le Lyon de son enfance, son premier long-métrage, L’Horloger de Saint-Paul adapté de l'œuvre de Simenon. Ce polar aux accents sociaux, récompensé par le Prix Louis-Delluc et l'Ours d'argent à Berlin, marque aussi sa rencontre avec Philippe Noiret, qui deviendra son acteur-fétiche. Dès ses débuts, l'éclectique Tavernier alterne films d'époque (Que la fête commence, pour lequel il décroche le César du Meilleur réalisateur et du Meilleur scénario en 1976) et œuvres contemporaines.

 Imprégné de culture américaine,il est le coauteur d'un dictionnaire de référence sur le cinéma d'outre-Atlantique. Les conflits mondiaux hantent bientôt l'œuvre de Bertrand Tavernier : la Première Guerre mondiale dans  Capitaine Conan (1996).

 Dans les années 90, Bertrand Tavernier, qui déclara au critique Jean-Luc Douin que "les cinéastes sont des sismographes de leur époque", continue d'ausculter la société : il reçoit en 1995 l'Ours d'or à Berlin pour L'Appât, constat alarmant sur la violence d'une jeunesse désorientée.

Il présente à la Compétition officielle de Cannes, La Princesse de Montpensier, une plongée au cœur d'intrigues faites d'amour et de pouvoir dans la France du XVIe siècle.

Trois ans plus tard, il adapte une bande-dessinée d'Antonin Baudry et Christophe Blain, Quai d'Orsay, et plonge le spectateur dans les coulisses du pouvoir politique français. En 2017, il consacre une saga documentaire au cinéma français partant des années 30 jusqu'aux années 60, et ponctué d'anecdotes personnelles.

Il meurt le 25 mars 2021 à Sainte Maxime.

 

OPAC Sélection de notices